AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CJL ♣ « La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Hey mais c'est Invité
Invité

MessageSujet: CJL ♣ « La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir »   Dim 16 Jan - 19:08



★ CaseyJessieLewis




© Faith

♪ NOM ;;LEWIS
♪ PRÉNOMS ;;Casey Jessie
♪ ÂGE ;; 21 ans
♪ DATE & LIEU DE NAISSANCE ;; 5 Juin 1990 à New York
♪ GROUPE ;;I'm a sexy bitch
♪ AVATAR ;;Ashley Greene





WE ARE WHAT WE HAVE BEEN ♫ HISTOIRE


    Mon histoire, personne ne la connaît vraiment, ou du moins pas entièrement. Je suis loin d’avoir une vie normale. J’aurais préféré être comme les autres, j’aurais préféré être ordinaire, ne pas avoir de secret. Mais si je suis à Hollywood aujourd’hui, c’est pour devenir cette fille que je n’ai jamais été, et vivre mon rêve américain.
    Depuis ma naissance, je suis …originale. En effet, je suis née dans les airs. Ma mère était Italienne et mon père américain. Ils s’étaient mariés à Paris et ma mère était enceinte d’environ huit mois et demi. Ils venaient vivre à New York, où mon père devait prendre en charge l’entreprise familiale, lorsque ma mère eut ses contractions dans l’avion qui les menaient en Amérique. C’est dans ces conditions qu’elle me mit au monde. C’était la première fois qu’un bébé naissait dans un avion de cette compagnie. Depuis, j’ai un nombre illimité de voyages gratuits sur cette compagnie aérienne.

    Une fois à New York, ma mère et moi reçûmes tous les soins qu’on devait. Sur mon extrait de naissance, il est marqué que je suis née à New York. A la clinique, il s’avérait que j’étais en parfaite santé et que le fait que je sois née légèrement plus tôt que la moyenne n’avait en rien affecté mes cellules ou autres. Malheureusement, on ne pouvait pas en dire autant de ma mère. Le médecin lui apprit qu’elle était séropositive. Dès lors, on me mit sous observation et sous traitement pour vérifier que je n’avais pas le virus. Mon père, lui, ne l’avait pas. Et cette nouvelle anéantit totalement le couple marié. Mon père n’avait plus la tête au travail, et ma mère devait se soumettre à plusieurs tests et examens pour traiter le mal. Ce fut un choc pour mon père car, si elle l’avait et pas lui, elle l’avait sûrement attrapé avec un autre. Et cette pensée commença à le faire sombrer dans l’alcool.

    Les années passaient, je grandissais. Je voyais mon père se détruire un peu plus chaque et l’état de ma mère se détériorer. Elle maigrissait, n’avait pas l’appétit. Elle restait de plus longtemps au lit. Mon père revenait tous les soirs, bourré, drogué. Il ne tenait même plus sur ses jambes. J’aimais tenir compagnie à ma mère, l’aider, la soigner. Mon père lui, ne s’occupait pas d’elle. Il la méprisait plus que tout. Le soir, quand j’étais couchée dans ma chambre, je l’entendais crier. Il l’insultait, la frappait peut-être. Je l’entendais la traiter de tous les noms, le genre de mots qu’on vous interdit de dire quand vous êtes petits. Je m’endormais toujours dans cette atmosphère. Et chaque soir, j’en faisais des cauchemars.

    A sept ans, j’étais encore à l’école de primaire. Mais je devais déjà me débrouiller seule. Deux fois plus mature que les enfants de mon âge, j’étais un peu comme la nouvelle maîtresse de maison. J’étais déjà consciente de la situation de mes parents. Ma mère n’étant pas apte à tenir la maison, c’était donc moi qui exécutais toutes les tâches ménagères, le repassage, la cuisine, le ménage…Mon père, avait sombré dans la dépression. Il était plus colérique, plus triste. Malgré le fait qu’on soit extrêmement proches, ma mère ne m’avait jamais avoué qu’elle avait trompé mon père. Elle me disait qu’elle était fidèle et qu’elle n’avait pas eu de relation avec un autre homme que lui depuis qu’ils étaient en couple. Et je la croyais. Ma mère n’était pas volage, elle n’avait pas été éduquée comme ça. Mais mon père ne voulait rien entendre. Et leurs incessantes disputes continuaient, encore et toujours…

    Le 22 Mars 1998, elle me quitta. Dans un torrent de larmes, je dus dire adieu à ma génitrice. Je n’avais que dix ans, elle en avait trente-deux. Je n’arrivais pas à imaginer le reste de ma vie sans elle. Mon père lui, n’était pas touché. Il ne laissait paraître aucun sentiment. Il demeurait de marbre. Elle ou une autre, rien à f*utre. Moi, je ne m’en remettais absolument pas. Je me sentais vide, car à part ma mère, je n’avais personne. Mon père ne s’intéressait pas à moi. De plus, je n’étais pas le genre de fille ouverte et populaire. Discrète, je n’avais pratiquement aucun vrai ami. Je ne parlais pas beaucoup et me contentais juste d’avoir d’excellentes notes et de ne m’attirer aucun problème. Mais ce soir-là, je ne savais pas que ma descente aux enfers ne faisait que commencer.
    [size=22]

    ♠ FLASHBACK ON ♠


    Dans sa chambre, une petite fille pleurait à chaudes larmes. Couchée sur son lit dans le noir, elle jetait un regard vague sur son journal intime qui trônait à son chevet. C’est alors que la porte s’ouvrit, laissant apparaître une silhouette masculine imposante. Son père…S’approchant doucement d’elle, la petite fille se recroquevilla un peu plus, une grosse boule bloquant sa gorge. Le jeune homme n’avait que trente-trois ans et était déjà veuf. Il s’assit sur la petite place du lit de la petite, et lui caressa la tête. Il touchait ses cheveux et sa nuque d’une façon délicate. Channel tourna sa tête vers son père. Elle regardait, il avait l’air ému. Lui embrassant le haut du crâne puis le front, il lui transmettait pour la première fois un peu d’amour. Le jeune homme, enlevant ses chaussures, s’installa aux côtés de sa fille. Il s’enfouit sous la couette avec elle. Choquée mais cependant heureuse que son père cherche à la réconforter, elle le laissa faire lorsqu’il la prit chaleureusement dans ses bras, un peu trop peut-être. C’est alors que le jeune homme releva légèrement son visage. « Tu es très belle…Tu lui ressembles beaucoup, tu sais. » Lui murmura-t-il d’une voix apaisante. Il s’empara alors de ses lèvres, d’une façon singulière. Channel ne comprenait pas ce qui se passait, pourquoi son père l’embrassait-elle, pas comme un père devrait embrasser sa fille de dix ans ? Elle avait déjà vu ce genre de scène, et les personnes qui y participaient éprouvaient de l’amour, de la passion ou désir. Et aucun de ces sentiments ne correspondaient à ce que le père de Channel lui avait toujours montré. Par peur et confusion, la petite ne résista pas, elle ne dit aucun mot. Jusqu’à ce que son père libère ses lèvres. Channel, à présent gênée par la présence de l’homme, détourna sa face de lui et se recroquevilla sur elle-même avant de s’endormir.


    ♠ FLASHBACK OFF ♠


    Au fur et à mesure que les années passaient, mon père changeait. Il devenait de plus en plus…bizarre. Toujours très tactile avec moi, il me caressait souvent de façon presque indécente, il m’appelait constamment « chérie » ou « mon cœur ». Ses visites nocturnes se faisaient de plus en plus fréquentes au fil des années. Silencieuse et soumise, je ne lui en ai jamais parlé. Je restais muette comme une tombe, je me laissais faire. Mon père, je crois, était beaucoup plus bouleversé par la mort de maman qu’il ne le laissait paraître. Il faisait une sorte de transfert car, il est vrai que je ressemblais déjà beaucoup à ma mère. C’était une femme vraiment magnifique, et les années qui passaient n’avaient en rien altéré sa beauté. Même sa maladie n’en avait pas eu raison, à vrai dire. Et quand elle souriait, elle donnait l’impression que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, alors que c'était totalement faux (...) En y repensant, je me dis que peut-être, si j'avais parlé à mon père, si on communiquait plus et si j'avais ne serait-ce qu'une fois repoussé ses avances avant qu'il ne soit trop tard, tout ce qui en a suivi ne se serait jamais produit.


    Puis vint ce fameux jour. Encore plus que ma date de naissance, une date que je n’oublierai jamais. Le 19 Juillet 2001, à 18h 07. Un jour d’été où il a plu des cordes. Ce jour-là, je n’étais pas sortie de chez moi. J’avais tout le ménage à faire. Je pense que j’aurais du aller me coucher, et fermer ma chambre à double tour, ou encore me plaindre à l’assistance sociale. En tout cas, j’aurais dû tout mettre en œuvre pour ne pas croiser son regard. Ce regard qui me hante encore et me fait froid dans le dos. Aujourd’hui encore, je garde les séquelles douloureuses de ce jour malheureux, où j’ai réellement senti que ma vie venait de basculer.



    ♠ FLASHBACK ON ♠


    L’adolescente, assise devant la télé, regardait une de ces séries banales qui parlait d’amour et de trahison. Son père était déjà sorti à son réveil. Elle était en vacances, elle en profitait pour se réveiller à huit heures. Toute la journée, la jeune fille n’avait que ranger la maison, passer l’aspirateur et faire la cuisine. Ça faisait partie de son quotidien car elle était la seule fille qui restait dans cette maison et c’était son « rôle » de faire ça. Après avoir fini, et seulement après, elle pouvait s’accorder cette pause, ce moment de répit où elle pouvait faire ce qu’elle veut. Égarant son regard sur la grande horloge du salon où elle lit qu’il était six heures de l’après-midi. Déjà dix heures que son père était sorti. C’est alors qu’elle entendit la porte s’ouvrir. Se retournant vers celle-ci, elle vit son père, ça se voyait qu’il était ivre. Il avait du fumer de l’herbe, boire du whisky, peu importe…Car ça faisait déjà presque 5 ans qu’elle vivait avec. L’homme, titubant, vint s’asseoir aux côtés de sa fille. Affalé sur le canapé, il passa son bras autour de la jeune fille, la rapprocha de façon forcée à lui. Elle ne disait rien comme toujours, elle subissait. L’homme commença à s’approcher d’elle, l’embrassant avec fougue et envie. D’habitude, c’était plus langoureux et doux, mais il n’empêche qu’elle n’avait jamais été consentante. Ses mains devenaient baladeuses, il les glissait habilement sur son corps, passa sous son tee-shirt pour caresser sa ventre, puis remonter vers sa poitrine. Pour une adolescente de 11 ans, Dolce était simple, innocente, très naïve…Elle ne parlait pas de sexe, ne l’avait jamais, et ne voulait pas le faire avant très longtemps. Elle n’avait jamais eu de petit-ami ou d’amoureux, elle incarnait l’insouciance et la pureté même. Et cet homme, son père, en quelques instants allait tout bafouer. Enlevant son haut, il descendit ses lèvres dans son cou et sur sa poitrine qu’il embrassait, léchait, suçait…Gigotant et se débattant du mieux qu’elle pouvait, elle lui donnait des coups de ses petits bras pour qu’il la lâche. Mais rien n’y faisait, il était trois fois plus fort qu’elle. Il souleva sa jupe. la jeune fille se sentait comme humiliée, insultée. Il violait son intimité, il la violait tout court. L’homme se faisait plus mâle et hargneux que jamais. « Papa arrête s’il te plait, tu peux pas me faire ça ! » Elle avait osé ouvrir la bouche, pour une fois. Mais, ces paroles, son père ne l’entendait pas. Énervé et impulsif, il lui bloqua les deux bras, l’empêchant ainsi de bouger. En retirant sa culotte, il écarta ses jambes, et entra en elle, brusquement, avec violence. Hurlant de toutes ses forces et gesticulant comme elle le pouvait, elle voulait le pousser d’elle, l’empêcher de lui faire du mal. La douleur de son acte, tant physique que morale, lui traversait tout le corps comme un électrochoc. Tandis qu’il continuait de prendre son plaisir, la petite criait, se débattait, le tapait et implorait. « Papa arrête s’il te plaît tu me fais mal ! Papa, je t’en prie, lâche-moi ! Je veux pas, papa… » Finit-elle par ajouter, à bout de forces, fatiguée de voir ses efforts totalement vains. Après quelques minutes qui lui parurent une infernale éternité, il se leva, comme fier de lui et de son acte, soulagé. Il s’en alla dans sa chambre, abandonnant la jeune fille au plus mal, souillée, salie, blessée par son propre géniteur. Pleurant en silence, elle finit par s’endormir de fatigue au bout d’une heure. Après cela, rien ne pourrait plus être comme avant.


    ♠ FLASHBACK OFF ♠


    Jusqu’à aujourd’hui, je n’arrive toujours pas à digérer, à accepter ce qu’il a fait. Ce monstre m’a volé ma jeunesse, ma pureté. Il a abusé de moi, sa propre fille. Je ne mettrai jamais cela sur le compte de l’alcool, du tabac ou de la drogue car ça n’a rien à voir. Aujourd’hui, j’ai pu effacer ce douloureux souvenir avec une opération qui m’a coûté énormément d’argent. Mais seulement physiquement. Ce qu’il m’a fait ce jour-là, ça ne s’oublie pas.

    Chaque année, notre relation se dégradait de plus en plus. Mon père a continué de me violer. Moi je devais supporter, dans le plus grand silence, un silence triste et douloureux, sous peine d’être sévèrement punie. Une fois, il a cru que j’en avais parlé à ma grand-mère, il m’a ébouillantée. Après ce jour, je parlais encore moins qu’avant. Mes nerfs étaient fragiles, j’avais du mal à contrôler mes émotions. Je pleurais pour un rien, il m’arrivait de sécher les cours, mes notes étaient en baisse…Je n’en parlais qu’à une seule personne. Ma meilleure amie, Brooke. Une petite brune orpheline qui avait été adoptée. On avait plusieurs points en commun, on était très proches. C’était un peu mon second journal intime. Je lui avais confié tout ce qui m’était arrivé jusqu’à présent. Et elle m’avait juré de ne jamais le révéler à qui que ce soit. Le temps passait, les hivers se succédaient, mais en aucun cas mon père ne changeait. Certes, il ne m’avait plus refait ce qu’il m’avait fait, mais il avait fait pire. Des choses que je préfère taire aujourd’hui. Je souffrais en silence. Et chaque jour, je le haïssais un peu plus. A tel point qu’à la vingtaine, il ne représentait pour moi que le diable en personne. Un diable que je voulais rayer de la surface de la terre.
    Mais avec l’aide de mon amie, j’ai appris à tenir bond et ne faire aucun acte que je puisse regretter. Un jour, il m’a permis de passer le weekend chez elle, j’ai contacté ma tante, la sœur de ma mère qui vivait à Hollywood. Le lendemain, il venait me chercher pour que j’aille vivre avec elle. Grâce à ma cicatrice et mes lésions au niveau de mes organes génitaux, l’on put accuser mon père de sévices sexuelles et maltraitance sur enfant. Ma tante m’adopta et j’allai vivre chez elle à Los Angeles, laissant Brooke derrière moi et mon père derrière les barreaux. Aujourd’hui, pour oublier le passé, je suis devenue frivole, garce…Je vis au jour le jour et suis une briseuse de cœurs. Et j’essaie d’oublier mon passé et de taire mon secret pour toujours. Mais je ne voulais pas oublier Brookie et ce qu'elle a fait pour moi. J'ai recontacté ma meilleure amie, elle va bien. Mon père est sous les barreaux pour longtemps mais risque d’être bientôt libéré pour bonne conduite... Quoi qu’il en soit, maintenant je compte bien refaire ma vie, et effacer le passé.






WE'RE GONNA LOVE EACH OTHER ♫ PHYSIQUE&CARACTERE


    On dit de moi que je suis belle, très belle même. Magnifique, sublime, divine…Des compliments, j’en reçois des dizaines par jour et je ne m’en lasse pas. Sans vouloir me vanter, je crois ne rien avoir à envier à ces femmes adulées dans le mondes entiers, celles qui défilent sur les podiums. Je n’ai rien à envier à Venus, à Aphrodite. J’ai un visage mince, des traits fins et bien dessinés. Mes magnifiques yeux marron attirent souvent l’attention de ceux qui me regardent. Ainsi, ils ne peuvent se résoudre à décrocher leurs mirettes de moi. Au milieu de mon visage, un nez fin, très bien placé et en dessous, une bouche. D’après l’une de mes conquêtes, j’ai « une bouche à faire damner un saint. Des lèvres, douces, sucrées, mielleuses, un plaisir à embrasser ».
    En ce qui concerne mon corps, je crois que c’est la partie que je préfère. Je mesure 1 m 67 pour 50 kilos. Je fais attention à ma ligne, j’ai de longues jambes, fines et élancées, qui me donnent une grâce et une élégance naturelle. J’ai des courbes parfaites, pas un gramme de graisse en trop, de cellulite… Je suis belle et je le sais.

    Je suis peut-être légère, volage, adepte du rose et du shopping et complètement délurée, mais je n’en reste pas moins très intelligente. On a du mal à y croire quand on me voit parler de mascara et de gloss, mais je peux me révéler très fine. D’ailleurs, ma moyenne est surement l’une des meilleures de l’université. Mais à vrai dire, je n’utilise pas cette qualité à bon escient. Je préfère user de ma ruse et de ma malice pour nuire aux autres, de quelque façon que ce soit. Je me suis souvent entraînée dans des merdiers dont je n’aurais jamais dû me tirer indemne, mais mon imagination et ma perspicacité m’ont sorti de ces pétrins. Aussi, comme autre qualité, on pourrait parler de mon grand cœur. Sachant qu’il n’a pas été donné à tout le monde la colossale fortune de ma tante, j’aime aider les autres et leur faire profiter des bien que j’ai. Je participe aux œuvres de charité, fais des dons aux sans-abris… Je suis consciente d’être très chanceuse et je veux en faire profiter les personnes autour de moi. Parmi mes – pas très nombreuses – qualités, on pourrait compter ma fidélité en amitié. Pour moi, c’est bien la seule chose sacrée qui ne mérite pas d’être brisée de la sorte. Aussi, suis-je toujours là quand on a besoin de moi, et lorsqu’on me confie un secret, je ne dévoile jamais. Et tout cela doit être réciproque, sinon je pourrais mordre. Je suis aussi le genre de fille à ne jamais désespérer. Depuis mon adoption par ma tante, je suis toujours cent pour cent optimiste même quand la situation ne s’y prête pas. Je n’abandonne jamais et vais toujours au bout de ce que j’entreprends. Ce n’est pas mon genre de baisser les bras, de dire « c’est fini, tout est perdu. Il y a plus d’espoir… » Je ne m’avoue jamais vaincue quoi qu’il arrive. Je suis aussi très marrante à ce qu’il paraît. Toujours joyeuse, souriante et de bonne humeur, je m’efforce de toujours cacher mes problèmes et n’aime pas voir des mines tristes, j’ai de l’humour et de la répartie à revendre.

    Personne n’est parfait, nous le savons, et je n’échappe pas à la règle. J’ai autant, sinon plus, de défauts que de qualités.
    Je suis d’abord quelqu’un de très superficielle. Je rapporte tout à l’apparence et y attache beaucoup d’importance. Je suis aussi très physique comme personne. Certains me trouvent fausse, d’autres peu profondes, mais je suis comme je suis et ne changerai pour rien au monde. Je suis aussi le genre de fille qu’on qualifierait de snob, Je n’étais pas comme cela avant, mais depuis j’ai bien changé. J’ai une fierté et un amour propre qui grandit de jours en jours. Prétentieuse et orgueilleuse, je ne me laisse jamais marcher sur les pieds sous peine de vous le rendre de façon bien plus cruelle. Je suis hautaine et chaque fois que je n’aime pas quelqu’un, je le lui ferai savoir par ma franchise et mes « attaques verbales ». Égoïste et quelquefois narcissique, il m’arrive d’oublier ce qui m’entoure pour ne penser qu’à une seule personne ; moi. Je m’aime à outrance et me dis quelque fois parfaite, bien que sachant que c’est totalement faux. Mais je ne me laisse pas atteindre par les dires et les commérages des autres.
    J’aime avoir le dernier mot et obtenir ce que je veux quand je le veux, où je le veux et à l’instant même où je le veux. Et quand ce n’est pas le cas, je pète les plombs. Séductrice dans l'âme, j’adore user de mes charmes et plaire à la gente masculine. Que ce soit en usant de mon physique, de ma voix, ou même encore simplement de mes yeux, je pourrais faire faire n’importe quoi à n’importe qui. Il m’arrive d’être une fine calculatrice. Je n’hésite pas à manipuler et à tromper pour arriver à mes fins. Briseuse de couples en chef, la séduction est mon arme la plus redoutable, aucun ne m’a jamais résisté, et le premier qui le fera n’est pas né. J’use de ma malice pour mettre sur pied des stratagèmes qui n’ont pour autre but que de ne nuire à ceux et celles que je n’aime pas. Pourtant, je ne m’attaquerais jamais à mes proches. Ils sont les seuls à qui je montre une âme charitable, une fille marrante, douce et affectueuse, ceci dit je peux se transformer en vraie garce et détruire tout sur son passage. La vraie moi est une personne douce, adorable, marrante et joyeuse. Mais cette facette de moi, je l'ai rangé au grenier et ne la ressort que très rarement. Je veux cacher mon côté fragile et sensible sous une carapace de petite garce hautaine et manipulatrice.






IT'S BEEN HARD SINCE YOU'RE GONE ♫ RELATIONSHIPS


    En général, mes relations avec les filles sont plutôt chaotiques pour la plupart. De la haine, de la rivalité ou de la concurrence… Cela dit, j’ai aussi des filles, qui sont comme moi, des alter-ego. Avec elles, je fais pratiquement tout, je sors en boîte, je fais du shopping, des fêtes…Des meilleures amies, j’en ai mais des sœurs de cœur, beaucoup moins. Les hommes, pour moi, ne font que passer. Je n’aime pas les relations sérieuses, je couche à droite et à gauche, sans jamais me fixer plus longtemps que deux mois. Mais sait-on jamais, je rencontrerai peut-être l’âme-sœur un jour. « Un jours, mon prince viendra… »





BEHIND THE SCREEN

© Faith

♪ SURNOM ;;Lau' - Barbie
♪ ÂGE ;;15 Y.O
♪ FRÉQUENCE DE CONNEXION ;;4/7
♪ OÙ AS-TU CONNU LE FORUM? ;;Par la fondatrice
♪ CODE RÈGLEMENT ;; Okayy by Heath'
♪ AVIS SUR LE FORUM ;;Tout simplement magnifique, avec une admin qui déchire tout , & une très jolie PA (:





Dernière édition par Casey J. Lewis le Dim 23 Jan - 14:19, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas



Hey mais c'est Invité
Invité

MessageSujet: Re: CJL ♣ « La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir »   Dim 16 Jan - 21:30

bienvenue
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Hey mais c'est Heather E. Parker
You're the only one that I want
▬ Dollards postés : 382
▬ En ville depuis le : 25/12/2010
▬ Where R U ? : IN YOUR BED

More about me
▬ Relations:
▬ Rp en cours:
▬ My secret:

MessageSujet: Re: CJL ♣ « La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir »   Lun 17 Jan - 5:37

    Heyy Bienvenue sur le forum Very Happy
    && merci de ton inscription (:

♥ ♠ ♣ ♦


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://keep-your-secret.forumgratuit.org


avatar
Hey mais c'est Jessy H. Lane

▬ Dollards postés : 74
▬ En ville depuis le : 09/01/2011
▬ Where R U ? : Quelque part, mon pote ;)

MessageSujet: Re: CJL ♣ « La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir »   Lun 17 Jan - 15:14

Bienvenue sur le forum et bonne chance pour la suite de ta fiche Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Hey mais c'est Invité
Invité

MessageSujet: Re: CJL ♣ « La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir »   Sam 22 Jan - 0:19

Merci ♥
J'essayerai de finir ma fiche ce weekend.
Revenir en haut Aller en bas



Hey mais c'est Invité
Invité

MessageSujet: Re: CJL ♣ « La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir »   Sam 22 Jan - 8:09

welcome bella Wink
Revenir en haut Aller en bas



Hey mais c'est Invité
Invité

MessageSujet: Re: CJL ♣ « La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir »   Dim 23 Jan - 1:45

Merci Jack *o* Réserve-moi un lien Smile

Je crois que j'ai fini ma fiche.
Revenir en haut Aller en bas



Hey mais c'est Invité
Invité

MessageSujet: Re: CJL ♣ « La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir »   Dim 23 Jan - 8:15

Ah mais oui t'inquiete pas j'ai hâte Very Happy
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Hey mais c'est Heather E. Parker
You're the only one that I want
▬ Dollards postés : 382
▬ En ville depuis le : 25/12/2010
▬ Where R U ? : IN YOUR BED

More about me
▬ Relations:
▬ Rp en cours:
▬ My secret:

MessageSujet: Re: CJL ♣ « La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir »   Dim 23 Jan - 20:28

    Oh mon Dieu, j'adore ta fiche (:
    Elle géniale, tu es bien entendu validé

♥ ♠ ♣ ♦


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://keep-your-secret.forumgratuit.org



Hey mais c'est Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: CJL ♣ « La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir »   

Revenir en haut Aller en bas
 

CJL ♣ « La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
— keep your secret ! :: Première version-